1996-1997 : premiers contacts
avec « le Château » (Mazères)

CHRYSALIDE ne pouvant pas poursuivre indéfiniment sa contribution financière, GRANDIR ENSEMBLE se tourne dès 1996, sur les conseils de la D.D.A.S.S, vers l'I.M.P « Le Château » à Mazères (64). En effet, cet établissement, qui comprend à la fois un IME (Institut Médico Educatif) avec internat et un S.E.S.S.A.D (Service d'Education Spéciale et de Soins A Domicile), a pour vocation d'accueillir des enfants porteurs d'un handicap léger ou moyen, catégorie à laquelle appartiennent les enfants de GRANDIR ENSEMBLE.

De nombreux échanges vont alors avoir lieu entre « Le Château » (notamment avec son directeur, Mr Paul GAILLARD) et GRANDIR ENSEMBLE, dans un esprit d'ouverture pas si évident au départ, les deux parties ayant a priori des modes de fonctionnement antagonistes.

Ces échanges aboutissent cependant sur la proposition suivante :

  • augmenter la capacité du S.E.S.S.A.D pour y intégrer les enfants de l'association tout en conservant les rééducateurs du secteur libéral (orthophonistes, psychomotriciens, pédiatres),
  • l'éducatrice devient employée du S.E.S.S.A.D.

Pour GRANDIR ENSEMBLE, ce système permet de régler les points suivants :

  • financement de l'éducatrice,
  • encadrement de l'éducatrice : celle-ci intégrant une équipe de professionnels, elle peut vraiment se recentrer sur son travail d'éducatrice, les problèmes relationnels avec les parents et les instituteurs pouvant être gérés au niveau du S.E.S.S.A.D. De plus, elle n'est plus seule avec ses problèmes et ses doutes,
  • les parents d'A.C.A.1.64 ne sont plus les "patrons" de l'éducatrice et peuvent donc eux, se recentrer sur leur rôle de parents (disparition de l'ambiguïté parent/employeur),
  • les enfants bénéficient du suivi d'une équipe complète, pluridisciplinaire, compétente et expérimentée. En cas de problème, tous les spécialistes sont disponibles. De plus, le S.E.S.S.A.D assure la coordination entre les différentes rééducations (et avec les enseignants), ce qui n'était pas fait jusqu'alors (ou très difficilement),
  • possibilité pour les enfants de passer quelques courtes périodes en internat (passerelle internat-S.E.S.S.A.D), ce qui permet de libérer quelque peu les parents lorsque la pression se fait trop importante,
  • prise en charge des frais de psychomotricité qui ne sont pas remboursés par l'assurance maladie (contrairement à l'orthophonie),
  • relations facilitées avec les instituteurs, le S.E.S.S.A.D étant une structure officiellement reconnue (contrairement à une association), d'où un gain de légitimité et de reconnaissance.

Pour « Le Château », ce système permet :

  • une ouverture sur le secteur médico-social libéral,
  • d'avoir des relations privilégiées avec des parents (discussions, échanges, retours d'expérience),
  • de tenter une expérience nouvelle.

C’est pendant cette période (en 1996) que GRANDIR ENSEMBLE rejoint l’A.G.P.I, (Association Pour la Guidance Parentale et Infantile), fédération départementale d'associations de parents d'enfants handicapés ou porteurs de maladie.