1998 : la convention de coordination

Si l'extension du S.E.S.S.A.D est effectivement votée au niveau des administrations régionales (C.R.O.S) en 1997, le financement lui ne se débloque pas. C'est pourquoi dès la fin de l'année 1997, une convention est signée entre GRANDIR ENSEMBLE et « Le Château » (sous couvert de la D.D.A.S.S). Cette convention, dite « convention de coordination » permet alors :

  • d'affiner les diagnostics et de faire un bilan des enfants de l'association,
  • de coordonner les différentes rééducations,
  • de proposer un projet individuel pour chaque enfant,
  • l'emploi de l'éducatrice par le S.E.S.S.A.D (effectif depuis juin 1998).

Son fonctionnement est alors jugé satisfaisant par les parents, les rééducateurs libéraux, les enseignants et les intervenants du S.E.S.S.A.D.

La DDASS agrée le financement de cette convention, financement pérennisé tant que la convention reste en action (c'est à dire jusqu'à prise en charge de tous les enfants dans le SESSAD).